Les jardins thérapeutiques : favoriser le bien-être des seniors

Certaines activités sont bénéfiques pour favoriser le maintien des capacités sensitives et sensorielles, notamment chez les personnes âgées. Le jardinage est une activité qui permet de maintenir la mobilité et la préhension, de stimuler la mémoire. Il favorise les relations sociales, notamment lorsqu’il est pratiqué dans un environnement cadré. Quels sont les bienfaits des jardins thérapeutiques pour les seniors ? Quelles sont les mesures d’encadrement de l’activité adaptée dans les EHPAD ? Faisons le point sur la question.

EHPAD : pourquoi mettre en place un jardin thérapeutique ?

Dans un EHPAD, les règles de vie sont cadrées par les différents soins prodigués aux résidents, ainsi que par les activités qui leur sont proposées. À titre d’exemple, les matinées sont réservées aux toilettes, à la réfection de pansements, aux séances de kinésithérapie.

Les jardins thérapeutiques sont des espaces de partage, d’échanges et de rencontres entre les résidents, et aussi leurs familles.
Ils sont tous différents, mais sont conçus suivant les mêmes principes d’exploitation. L’utilisation des pesticides, l’exploitation de plantes présentant des épines, des plantes toxiques ou irritantes est prohibée.

Les jardins thérapeutiques permettent de mettre en place des activités en extérieur. Les résidents peuvent ainsi exercer le jardinage en toute sécurité, au sein de l’établissement. Ce sont des espaces de bien-être et d’apaisement.

Les bienfaits des jardins thérapeutiques en EHPAD

La mise en place d’un jardin thérapeutique est généralement inscrite dans le cadre d’un projet d’établissement. Ce dernier implique la cohésion des instances dirigeantes, du personnel soignant, des résidents et de leurs familles.

Le jardin est ensuite établi selon un cahier des charges précis. C’est notamment le cas pour celui de l’EHPAD Les jardins de Belost.
Sur le plan sensoriel, pratiquer le jardinage est stimulant. En effet, l’activité sollicite les différents sens de l’individu :

  • le toucher, notamment en remuant la terre et en plantant les semences
  • la vue : vision des couleurs et différentes formes des plantes cultivées
  • l’odorat et le goût, surtout en cas de culture de fruits et légumes, d’herbes aromatiques
  • l’ouïe : présence d’oiseaux ou d’insectes

La pratique de cette activité est bénéfique pour favoriser le maintien des fonctions cognitives des personnes âgées, ainsi que leur mobilité.

Elle sollicite la mémoire et permet de pratiquer une activité physique de manière régulière.

Les jardins thérapeutiques présentent donc une utilité sur le/les plan(s) :

  • du soin : pratiquer le jardinage est une activité bénéfique dans le cadre de diverses pathologies rencontrées en institution (apaisant pour les malades d’Alzheimer). On trouve notamment des jardins thérapeutiques en unités d’Alzheimer ou dans des institutions de psychiatrie.
  • psychologique : espace de vie dédié au vivre-ensemble, il favorise les relations entre résidents, le maintien de leur estime d’eux-mêmes. Il contribue à diminuer le stress et l’anxiété des résidents qui bénéficient, grâce à lui, d’une proximité avec la nature de l’autonomie : semer, récolter, bouger sont des actes qui permettent de travailler la mobilité des résidents valides, dont certains reprennent des gestes qu’ils pratiquaient avant d’entrer en EHPAD. Les personnes dépendantes, en fauteuil, ont également accès à des activités de jardinage adaptées quand elles le peuvent.

Jardin thérapeutique : allier sécurité et effets positifs

Le jardin thérapeutique s’avère être un support de soins non négligeable. C’est un lieu idéal pour effectuer un parcours de mobilité en kinésithérapie ou effectuer des séances d’hortithérapie (thérapie par la nature). Ces dernières ont pour but de stimuler les sens des résidents, de faire travailler l’imagination et rétablir le bien-être des résidents. Les activités varient en fonction des saisons et des objectifs fixés pour chaque patient.

Enfin, certaines études ont démontré que fréquenter la nature représentait une alternative à certaines thérapies médicamenteuses. Outre les effets positifs sur l’apaisement, cette fréquentation exercerait un effet inhibiteur sur les douleurs et aurait un effet positif sur le système immunitaire des individus.

Dans les unités d’Alzheimer au sein desquels un jardin thérapeutique a été implantés, les patients s’alimentent mieux et dorment mieux.

La sécurité est une des prérogatives premières des établissements d’hébergement pour personnes âgées.

Aux Jardins de Belost, c’est également la nôtre. Et si les bénéfices du jardinage sont démontrés, il est essentiel que l’activité soit effectuée dans un cadre sécuritaire optimal.

A ce titre, la mise en place d’un jardin thérapeutique en EHPAD implique :

  • de veiller à aménager les espaces en fonction des personnes intervenantes (valides et non valides)
  • d’assurer la sécurité et l’ergonomie des usagers, du personnel soignant (en évitant les difficultés d’accès)
  • de choisir des plantes adaptées
  • d’aménager des espaces de repos (pose de bancs et de chaises)
  • de favoriser la circulation des usagers (prévenir les chutes, les glissades, prévoir l’espace suffisant pour les fauteuils, baliser un parcours sécuritaire).

Ces différents points de vigilance ont pour objectif de proposer des espaces de jardinage fiables, dédiés au bien-être et à l’épanouissement des usagers.

Les équipes soignantes veillent ainsi sur les résidents qui souhaitent s’extérioriser aisément et en toute quiétude.

Au vu de ses bénéfices pour les patients, les soignants et pour les familles, mettre en place un jardin thérapeutique est un choix gagnant pour tous. Choix que nous avons fait, aux Jardins de Belost.